Archives mensuelles : février 2016

La révolution téléphonique

Hier, j’ai du aller au magasin de téléphone parce que j’avais reçu quelques jours avant un message bizarre:

« Dear customer, your phone number is not registered and will be blocked on 23.02.16 at 23:59. Please register now or visit any Smart Shop. Please bring your ID card or passeport and your SIM. Thank you » Message peu rassurant.

Donc hier je suis allé au magasin, et après avoir passé bien 10 minutes avec la vendeuse et son anglais approximatif, j’ai finis par réaliser quelque chose d’assez fou. Ici, on ne recharge pas son téléphone avec une carte prépayée, on achète du crédit, et en tapant un code sur notre téléphone ça va utiliser ce crédit pour souscrire différentes options (principalement pour internet). Je trouve ça absolument génial! L’autre avantage c’est qu’il suffit d’acheter une recharge dans la rue pour rajouter du « crédit » sur son portable et donc racheter plus de data. Je parle principalement d’internet parce que ici en souscrivant n’importe quel plan internet (2Go, 5Go, 8Go, etc) on a inclus appel et sms illimités.

Juste pour donner un petit aperçu des prix, j’ai payé 2$ pour avoir 2Go d’internet, sachant que comme ici il y a de la wifi partout, je n’utilise quasiment pas internet. Je trouve ça absolument génial leur système.

Kep, Rabbit Island et Pepper Farm

Ce week-end, j’ai décidé de prendre l’air et de partir en week-end sur la côte, je suis donc partie à Kep.

J’ai pris le bus vendredi en milieu d’après-midi, et après 4h de route (oui c’est un peu long, je suis d’accord), je suis arrivée à Kep, province de Kampot. Alors il faut savoir que Kep c’est un lieu où les expats viennent en week-end ou en vacances, en gros. Comme je suis arrivée un peu tard, j’ai posé mes affaires et j’ai loué un scooter pour être plus autonome et surtout parce que là-bas les tuk tuk coutent chers et sont peu nombreux. J’ai logé au Q bungalows, que je ne conseille pas spécialement car les lits était assez inconfortables et le petit déjeuner pas top top. Je suis partie prendre un verre au Sailing club, il n’y avait pas grand monde mais l’endroit est vraiment super sympa, c’est un bar un peu sur piloti en bordure de mer. Bon par contre leurs cocktails sont très chers, et surtout pas bons. Ensuite je suis allé un peu à côté du Crab Market manger dans un restaurant, j’ai mangé du crabe avec de la sauce au poivre. Kep est très réputé pour ses crabes et surtout son poivre de Kampot qui serait soit disant le meilleur poivre du monde. Les crabes étaient très bons, et très laborieux à manger bien sûr, et c’est vrai que la sauce était vraiment bonne. Le petit bonus c’est que le restaurant servait de la Heineken, bien meilleur que les bières khmers!

Le lendemain, je me suis levée assez tôt, j’ai pris un petit déjeuner à l’hôtel et je suis partie direction le Parc National, j’aurais pu le faire à pied, mais je l’ai fais lentement et en scooter. Le parc est vraiment très sympa, comme il est sur une colline, on a une super vue tout du long, la végétation est top, il y a des animaux un peu improbables. Je n’ai pas vu tant d’animaux que ça, je ne sais pas si c’était parce que j’étais en scooter ou juste parce qu’il y en avait peu. Ensuite je suis passée au marché au crabe, manger des espèces de gateaux au lait de coco, hyper bons! Et j’ai aussi croisé un copain de Bordeaux qui était à Kep aussi, assez improbable. Je suis ensuite retournée à l’hôtel déposer le scooter et un tuk tuk est venu me chercher pour m’emmener à l’embarcadère. L’île n’est pas particulièrement loin, mais le trajet en bateau a pris bien 20 minutes.

Une fois arrivée, je me suis changée, parce que j’étais encore en jean et chemise pour l’exploration en forêt, donc je me suis mise en maillot-robe, plus adapté, et j’ai mangé dans un petit restaurant sur la plage avec vue sur la mer. J’ai mangé des calamars à la sauce au poivre, c’était très très bon! Ensuite je suis un peu allé me baigner, l’eau était bonne, c’était vraiment agréable. Après avoir un peu séché, j’ai décidé de me faire masser, bah oui, à 12$ les 45 minutes de massage, on se prive pas! Je suis ensuite reparti à Kep. Le problème de Rabbit Island, c’est que le bateau part 2 fois par jour: à 8h et 13h et revient à 8h ou 16h, ce n’est pas très pratique. J’aurais pu dormir là-bas mais ça voulait dire se lever très tôt le lendemain et surtout je n’avais pas encore réservé le bus retour donc je ne voulais pas trop.

Je n’ai pas dormi dans le même hotel, le mien était plein, j’ai donc logé au N4, avec les lits les plus durs de la terre entière. Je suis retournée au Sailing Club, pour voir le couché de soleil, malheureusement parce que c’était très brumeux à l’horizon, le soleil à disparu dans les nuages avant de disparaitre dans l’eau.. J’étais assez déçue. J’ai quand même mangé là-bas, c’était assez cher et honnêtement pas si bon que ça, mon calamar était caoutchouteux car trop cuit. Mais bon, l’endroit est vraiment top. Par contre à la différence de la veille où il n’y avait quasiment personne, là c’était plein, et surtout plein de français! Je suis restée pas mal de temps là-bas parce que l’ambiance était vraiment sympa.

Le lendemain, je me suis levée assez tôt et après avoir pris un petit dèj au Crab Market: les fameux gâteaux coco avec un iced coffee (café serré avec du lait concentré et des glaçons = trop bon!!) et ensuite je suis partie à la recherche d’une ferme de poivre dénommée « Sothy’s », après avoir roulé bien 20 minutes, dont 5 minutes sur des pistes, je suis enfin arrivée. Dès mon arrivée une bénévole est venu me voir et m’a proposé de m’expliquer un peu comment ça se passait, un couple de français s’est joint à nous, et elle on commencé la visite. C’est plutôt intéressant donc je vais un peu en parler.

Le poivre de Kampot existe dans la région depuis au moins le XIIIème siècle mais il n’a été réellement cultivé pour l’exportation que à l’arrivée des français à la fin du XIXème siècle, vient ensuite la guerre civile et les khmers rouges, qui font que le poivre est presque oublié et la culture a recommencé réellement seulement un peu après les années 2000. Il faut savoir néanmoins que les khmers de la région ont toujours cultivé le poivre, mais pas en quantité assez importantes pour l’exporter. Ensuite, le poivrier est une plante assez « simple » à cultiver dans le sens où elle n’a pas de besoin particulièrement compliqués, il ne faut pas qu’elle prenne trop le soleil, sinon les grains de poivre grillent, il faut l’arroser mais pas trop souvent et c’est tout. En terme de poivre, il existe 4 types de poivre différents:

  • le poivre vert: ramassé avant que la graine ne soit mûre, à consommer sous 2-3 jours, – le poivre n’est pas particulièrement fort, mais très bon, c’est avec ce poivre là que sont cuisiné les plats à Kep
  • le poivre rouge: lorsque les grains sont mûrs – plus fruité et avec une plus grande richesse gustative, à manger plutôt avec de la viande rouge (mon préféré)
  • le poivre noir: lorsque l’on fait sécher le poivre vert – plus sec, et assez fort, pour tout type de plat, très bon dans les salades
  • le poivre blanc: la graine situé à l’intérieur du poivre rouge, que l’on obtient en écossant le poivre rouge, du coup – plus fin et plus sec, à manger plutôt avec de la viande blanche

Il faut savoir que les baies sont récoltées quand seulement 20% de la branche est mûre, pour éviter que en attendant trop les baies soient trop mûres et donc plus consommables. Toutes les baies sont ramassées, triées, et séchées au soleil.

Voilà, cultiver du poivre c’est plutôt simple finalement. Néanmoins, le poivre de Kampot, qui se veut le meilleur du monde, n’est pas le meilleur du monde pour rien, il semblerait que grâce au quartz qui est présent dans le sol, ça donne ce si bon goût au poivre. Enfin, je ne pourrait pas dire si ce poivre est le meilleur du monde, mais en tout cas il est très très bon.

Après cette grande visite dans la ferme de poivre, je suis repartie sur Kep, mais en traversant la campagne, sur les indications d’une des bénévoles de la ferme. La campagne cambodgienne, c’est vraiment super sympa, les enfants nous font des coucou, les gens aussi, les paysages sont impressionnants, vraiment j’adore.

J’étais presque arrivée à l’hotel, quand j’ai crevé, alors oui j’ai réussi à crever sur du goudron mais pas dans la campagne, joli travail Juliette. Heureusement j’ai appelé le service de location et quelqu’un est rapidement venu me chercher et m’a ramené à l’hotel. Mon bus partait vers 3h, donc j’avais un peu de temps, je me suis bien rincée de toute la terre dans la piscine, j’ai mangé et le bus est arrivé. Au retour j’avais pris un minibus, parce que c’était sensé être plus rapide que le bus, alors effectivement j’ai gagné 20 minutes, mais j’ai dépensé 2$ de plus, ça fait cher les 20 minutes. J’étais assez fatiguée quand je suis arrivée, donc j’ai mangé un morceau et après avoir passé un bout de soirée avec mes colocs, je me suis couchée.

Ce week-end a été vraiment top, Kep est super sympa et super calme, c’est génial pour se reposer, j’ai bien aimé et je conseille.

Des photos:

La vie au Cambodge

Ca fait environ 1 mois que j’habite au Cambodge, il est donc temps de faire un petit point sur la vie ici.

Alors pour commencer: la nourriture, c’était ma plus grande peur, et j’ai bien eu raison parce que j’ai été malade 5 jours. Ca mis de côté, la nourriture est très bonne ici honnêtement et assez variée, il y a des grillades, des nouilles, des soupes, des plats mijotés, c’est vraiment sympa. Et surtout, comme je suis à Phnom Penh (et c’est le cas dans la plupart des grandes villes, même s’il y a que 3-5 grandes villes), il y a beaucoup de restaurants étrangers, que ce soit indiens, thaï, chinois ou français, italiens, américains, etc. Le problème en fait ne vient pas de la nourriture en soit, mais de l’hygiène, c’est pour ça que l’on peut tomber malade. Lorsque l’on commande un plat, il y a de fortes chances pour qu’il soit préparé avec les mains, et les différents matériels utilisés, que ce soit poêles et casseroles ou vaisselle, ne sont pas particulièrement propres non plus. Même l’eau, qui est déminéralisée, n’est pas particulièrement bonne.

Autre chose assez importante ici, la pauvreté. Le Cambodge est un pays très pauvre, les khmers squat souvent dans les immeubles, il y a des bâtiments en construction mais abandonnés dans lesquels certain khmers habitent. Ils ont peu de moyen, peu de vêtements, etc. Néanmoins, grâce au tourisme et à l’aide internationale (que ce soit OGN ou volontariat), le pays se développe doucement et commence à s’en sortir, du moins en ville. Le problème, qui vient aussi de la pauvreté, c’est les déchets, c’est une catastrophe à quel point Phnom Penh est pollué, entre les déchets dans la rue, les sacs plastiques qui volent partout, les scooters et voitures partout, et j’en passe. Quand je parle de pollution je ne parle pas que des déchets, je parle aussi de la pollution sonore, qui est assez impressionnante, entre les véhicules, les travaux, les chiens et les cris, ça fait un bel orchestre.

Enfin, passé tout ça, les khmers sont un peuple très souriant, très gentil, très aidant, c’est vraiment agréable. Les khmers ont aussi un potentiel impressionnant, il y a beaucoup de choses à inventer et mettre en place, ils ont plein d’idées novatrices, plein de projet, c’est génial. Autre chose vraiment bien, le Cambodge n’est pas particulièrement envahi d’OGN, si l’on met à part l’éducation, on ne voit pas d’OGN distribuer sans raison de la nourriture et du coup rendre le peuple dépendant à cette aide. Le pays se débrouille principalement par lui même et apprend de lui même, ce qui est bien mieux en terme de développement et de croissance à long-terme.

Le Cambodge c’est aussi des très beaux paysages, un climat agréable (pour l’instant, je vais moins rigoler de avril à juin), une vie peu chère avec la possibilité de manger dans la rue, partout, et de découvrir tellement de choses. J’aime beaucoup ce pays, et je le conseille vraiment pour des voyageurs à la recherche d’aventure avec un petit budget mais qui veulent vraiment être dépaysés.

House party, et repos

Ce week-end fut assez contrasté entre un vendredi soir et un samedi soir mouvementé mais un dimanche repos.

Vendredi soir on a décidé de tous sortir boire un verre entre coloc, on a commencé par aller au Happy11, où j’étais déjà allée, c’est en fait une GuestHouse avec sur le toit d’un énorme bar-terrasse où on peut notamment jouer au beer pong et au billard. Après quelques parties de peer bong donc, on est partis au Reggae bar (qui ne passe pas du reggae malgré ce que l’on pourrait croire), et on s’est promené un peu dans le coin parce que c’est en fait là qu’il y a plein de bars. Pour la petite histoire, c’est aussi le quartier où vive les prostitués et les expats à la recherche de prostitués. Bon, il n’y avait pas grand monde, donc on rentré avec ma coloc et on a laissé les garçons là bas.

Samedi, après être allée prendre mon petit déjeuner au Blue Pumpkin, je suis allé discuter avec les propriétaires du restaurant français à côté de chez moi, notamment pour qu’ils se décident à faire des petit déjeuner que je n’ai plus besoin d’aller chez les concurrents. J’ai du passer 1h à discuter avec eux, ce sont des français assez chouettes, leur restaurant s’appelle Bistrot Langka. Ensuite avec ma coloc, je suis partie à la découverte de mon quartier, notamment pour trouver le Thai Out (je ne suis pas du tout sûre du nom), qui est un « supermarché » avec beaucoup de produits importés. On est allé aussi au Boeng Keng Kang Market, qui est un marché juste à côté de chez nous et où, pour une fois, on ne nous propose pas des prix de voleurs comme la plupart du temps au marché. On est ensuite rentré en vélo, oui parce que toute cette petite balade on l’avait faite en vélo quand même.

Et on a donc cuisiné, puisque c’était le but de la petit (longue) ballade, on a simplement fais des pâtes à la sauce tomate avec des oignons (je parle français, j’écris oignons.) caramélisés et des épices. C’était très très bon! Enfin c’était surtout bon parce que c’était la première fois que je cuisinais depuis que j’habite au Cambodge, et donc j’étais assez contente. Ensuite je me suis reposée l’après-midi, j’étais assez fatiguée de ma semaine, et surtout je savais que le soir même on allait faire une grosse soirée et qu’il fallait que je prenne des forces. On a donc fait une grosse soirée chez nous samedi soir, avec plein plein de monde. Malheureusement au début il y avait pas mal de français, heureusement après un peu moins d’1h il y avait aussi d’autres expats non français et donc c’était bien plus sympa. Oui, je fais partis de ces français qui détestent rencontrer d’autres français quad ils habitent à l’étranger, et qui surtout les fuis le plus possible. Enfin bref, j’ai rencontré plein de monde, c’était plutôt cool.

Dimanche je me suis levée assez tard, on se demande pourquoi n’est-ce pas. Et je suis allé manger au Bistrot Langka (le fameux restaurant français à 2 maisons de chez moi chez qui je passe pas mal de temps), et j’ai mangé un superbe boeuf trop bon et bien saignan, avec des frittes trop bonnes, c’était trop cool. Ensuite j’ai fais une grosse promenade à vélo, dans mon quartier et vers Aeon Mall. J’ai voulu aller voir le mall mais il y avait beaucoup trop de monde et ça avait surtout l’air inaccessible en vélo donc j’ai vite laissé tomber, je suis ensuite allé chercher à manger et on a mangé et passé la soirée entre colocs.

wp-1455616355337.jpeg

Là où je mange les 3/4 du temps le soir

wp-1455616382132.jpeg

Des résidences dans lesquelles des khmers vivent

wp-1455616374416.jpegwp-1455616367474.jpeg

Repos et nouvel an chinois

Ce week-end je n’ai pas fais énormément de chose, j’étais fatiguée et j’avais surtout envie de passer un week-end chez moi, tranquillement. Enfin, je n’ai pas rien fait du tout non plus.

Jeudi soir, avec deux de mes colocs on est allé se promener vers la rue 308 (il me semble que c’est le quartier BKK2), c’est assez rigolo parce que c’est la rue où est ma cantine où je mange assez souvent le midi quand je travaille, mais c’est surtout une rue remplie de bars et de restaurants principalement pour les plus riches, l’ambiance est très très sympa, mais il y avait un peu trop de « trous du cul de français » à mon goût. On est ensuite allé vers la rue 93, qui est a côté du lac qui a été asséché, et il y a une ambiance un peu street-art, très sympa. Et ensuite on est retournée vers riverside pour aller dans une sorte de bar/billard énorme avec des khmers, assez sympa aussi. Pour résumer, on a fait 3 bars, et c’était très sympa (comique de répétition..).

Bon, comme je viens d’en parler, je vais expliquer: au nord de Phnom Penh il y avait un énorme lac, et une partie de ce lac a été rachetée par un entreprise chinoise, qui a asséché tout le lac pour y construire des buildings. Alors c’est absolument pas légal bien sûr, mais il y a dans les directeurs de la compagnie, un ministre cambodgiens a qui ils ont du coup versé de beaux pots-de-vin. Voilà, on ne s’en rend pas forcément compte mais il y a beaucoup de corruption au Cambodge, et parfois ça amène à se genre de catastrophe là.

Samedi je me suis levée assez tôt et je suis partie en vélo, au marché russe. J’ai acheté un vélo la semaine dernière, pour pouvoir me déplacer un peu plus vite qu’à pied, il est rouge, avec des stickers de tournesols dessus, la classe! Bref, je suis allée au marché russe à la recherche d’une brosse à cheveux et d’une trousse de toilette, parce que comme j’ai oublié ma trousse de toilette en France, toutes mes affaires sont dans un sac en plastique et il y a des choses, notamment une brosse à cheveux, que je n’ai toujours pas acheté. Bon, finalement j’ai acheté seulement des bananes, parce que le reste était assez cher. Le problème du marché russe c’est qu’il y a énormément de monde, et que du coup c’est l’enfer pour circuler, en plus tout est rangé sans vraiment de logique, c’est pas très pratique, et surtout c’est un attrape touriste. Du coup j’irais surement acheter tout ça au Central Market, où il y a moins de monde et où c’est moins le bazar.

J’ai mangé les restes de mon repas de la veille, parce que ici un repas ça fait en fait 2 repas vu que les portions sont énormes. Et je suis partie au Hub (mon bureau en open space, qui s’appelle Impact Hub) parce qu’il y avait une conférence gratuite sur « How to think different ». C’était plutôt intéressant, et j’ai maintenant plein de nouveaux livres à lire. J’ai ensuite voulu aller rue 93 en vélo mais déjà mon vélo est dégonflé, et surtout il commençait à faire nuit et comme c’est un quartier qui craint un peu j’ai préféré ne pas y aller et je suis rentrée à la maison après être passé dire bonjour à la guesthouse où j’étais logée avant. Je me suis couchée assez tôt parce que j’étais vraiment fatiguée.

Dimanche j’ai pour le coup quasiment rien fait, je me suis levée tard, et comme on n’a plus internet chez nous (on a oublié de payer la facture…), je me suis installée dans le restaurant français juste à côté de chez moi pour avoir un peu d’internet. J’ai aussi mangé là-bas du coup, et y ai passé une bonne partie de l’après-midi à discuter avec les patrons. Pour dinner habituellement je prend à manger dans la rue, sauf qu’en fait dimanche c’était le nouvel an chinois, du coup il n’y avait personne dans les rues et donc pas grand chose pour manger, j’ai du partir en grande promenade pour trouver à manger. J’ai finis par trouver quelque chose et je suis rentré manger chez moi, comme d’habitude la portion était énorme et j’ai donc à manger pour lundi et probablement mardi soir.

Ensuite je suis allé au bar juste à côté de chez moi, tenu par un des français qui tient le restaurant français à côté de chez moi, oui bon j’y peux rien si tous les français habitent à côté de chez moi.. Bref, le bar est super sympa, mais absolument hors de prix. Et je me suis ensuite couchée prête pour une nouvelles semaine.

wp-1454905170668.jpegwp-1454905146963.jpegwp-1454905140069.jpegwp-1454905116880.jpeg

Week-end à Siem Reap et Ankgor

Ce week-end j’ai décidé de partir à Siem Reap. En effet, je ne pouvais pas emménager avant dimanche après-midi, ce qui faisait que de fait je devait payer 2 nuits supplémentaires à l’hotel (vendredi et samedi), et ça me coutait aussi cher que de faire l’aller retour en bus + une nuit en dortoir à Siem Reap, donc bon.

Après avoir déposé mes affaires dans mon appart et passé un bout de soirée avec mes nouveaux colocs, je suis repartie vers mon hotel où un tuk tuk est venu me chercher vers 00h pour aller prendre le bus de nuit. Je suis partie de Phnom Penh vers 00h30 je pense, mon bus était un bus couchette. Alors par contre par couchette il faut comprendre « un truc tout mou et pas épais posé sur une planche de bois alors que la route c’est principalement des pistes », ce qui fait que je n’ai pas très très bien dormi quoi, mais bon. On est arrivé à Siem Reap vers 6h du matin, et j’ai pris un tuk tuk direction un hostel, car comme je n’avais pas réservé je ne voulais pas partir aux temples sans booker. J’ai donc logé au Garden Village, un hostel avec des dorms, des chambres, une piscine, un bar et 2 restaurants, ce qui est plutôt cool. Je suis parti de l’hostel vers 8h avec mon tuk tuk direction les temples.

Carte des temples

Je mets une carte des temples pour que mes explications soient plus claires. Normalement il y 2 circuits : le rouge et le vert, ce qui pousse les gens à passer 2 ou 3 jours à Angkor. J’ai fais un circuit un peu personnalisé, mon circuit: Angkor Wat, Porte Sud de Angkor Thom, Bayon, Preah Khan, Neak Pean, Ta Som, Mebon, Pre Rup, Ta Prohm, Banteay Kdei et Sras Srang. J’ai passé 7 voir 8 heures dans les temples à marcher puisque je suis rentrée à l’hostel vers 17h, totalement épuisée. J’ai pris un peu plus de 500 photos, je ne sais pas si je vais pouvoir toutes les mettre ici, je ne pense pas, mais je vais les mettres sur Facebook pour sur.

Je ne sais pas trop comment expliquer à tel point tous ces temples sont impressionnants, ils sont tous différents et vraiment c’est très imposant de par leur taille, parce qu’ils sont tous énormes, mais aussi par le fait qu’il y en ai autant, et que la construction a du être éprouvante. Je ne sais pas si on peut dire que c’est beau, parce que ce n’est pas réellement le mot, mais il y a quelque chose, ça dégage quelque chose de plutôt fort. Ce qui m’a un peu déçue c’est que les temples sont très très abimés, ce sont plus des ruines que des temples en fait, et le plus bizarre en fait que tout a été nettoyé par les français quand ils on redécouvert les temples, il n’y a plus de feuillages dans les temples, et des ruines sans la nature qui les envahit, c’est un peu bizarre, surtout quand c’est la jungle partout autour.

Après m’être reposée à l’hostel, je suis allé manger au restaurant de l’hostel et avec des personnes de l’hostel on est allé à la recherche Night Market et aussi de la Pub Street. En fait Siem Reap est très touristique, notamment grâce aux temples, et pour sûrement éviter que ça soit le bazar dans toute la ville, la vie nocturne des touristes est concentrée dans la Pub Street, avec plein de bars et de restaurants. Je n’ai pas particulièrement aimé ça en soit parce que du coup c’est un coin rempli d’occidentaux, mais ça reste sympa et bonne ambiance. On a aussi voulu aller au Night Market, mais le problème c’est que comme le Night Market est indiqué de tous les côtés avec des grosses flèches lumineuses, on ne sait pas vraiment où s’est, je pensais donc avoir visité le Night Market et je me suis rendu compte le lendemain que non. Je suis rentrée assez tôt car j’étais très fatiguée. J’ai eu le bonheur de partagée mon lit avec des puces/punaises de lit, donc je n’ai pas très bien dormi, et surtout comme c’était très bruyant, je me suis beaucoup réveillée, enfin ma nuit fuit plutôt désagréable et pas reposante quoi.

Dimanche je me suis réveillée vers 9h, j’ai pris un petit déjeuner tranquillement et je suis partie vers 10h me promener dans la ville. J’ai fais un petit tour, je suis allé au Old Market j’ai voulu allé voir le Central Market mais en fait tout était en travaux. J’ai longé la rivière, c’est super sympa, et je suis allé voir ce qui devait être une reconstitution d’un villages khmers et qui était en fait une sorte de centre commercial à touriste, plutôt nul. Après, j’ai voulu aller voir la ferme à crocodile, donc je suis partie en expédition, en prenant des chemins un peu improbables mais une fois arrivée devant, il s’est avéré que la ferme avait été déplacée donc j’ai du prendre une moto pour y aller. J’ai un peu déçue, car en fait ce sont juste des crocodiles, mais j’ai quand même trouvé ça plutôt chouette. Je suis ensuite rentrée sur Siem Reap, en traversant plein de petits villages, ce qui était plutôt sympa du coup car j’ai pu voir les « champs » et donc un autre style de vie cambodgien. J’ai ensuite mangé dans la Pub Street, ou juste à côté, et alors j’ai mangé un amok au crocodile! Bon ça n’a pas un gout très particulier, ça ressemble à du boeuf bien caoutchouteux quoi, mais j’ai mangé du crocodile. Ensuite, je suis partie voir les Artisans d’Angkor, je ne savais pas trop à quoi ça allait ressembler, en fait ce sont juste des ateliers que l’on peut visiter. Honnêtement c’est assez intéressant, on voit tout le processus de création des tableaux, des peintures, des sculptures, etc., c’est vraiment top, et en plus c’est gratuit!

Comme j’étais totalement épuisée je suis retourné à l’hostel, même si je n’avais plus de chambre, pour me reposer un peu. Je suis reparti vers 19h, rejoindre des personnes que j’avais croisé à Phnom Penh et que j’avais recroisé plus tôt dans la journée. On est allé au vrai Marché de Nuit, qui est vraiment top, très calme, pas trop bondé, vraiment très sympa. On a aussi mangé un truc dont je ne connais pas le nom, ce sont en fait des petites boules faites avec du lait de coco et ce que l’on veut à l’intérieur, nous en l’occurrence c’était ciboulette et citrouille, et le tout entouré du petite peau de riz. C’est pas particulièrement bon, mais c’est pas mauvais non plus, par contre c’est assez bourratif.

Je suis ensuite retournée à l’hotel, pour attendre mon tuk tuk qui devait m’emmener jusqu’au bus de nuit pour rentrer sur Phnom Penh. J’étais très fatiguée, mais j’ai réussi à ne pas m’endormir, je ne sais pas par quel miracle. Et je suis partie vers 00h de Siem Reap. On est arrivé vers 5h45 à Phnom Penh, le seul problème c’est que le lieu de dépose n’était pas du tout dans le centre de la ville donc j’ai du prendre la moto pour rentrer chez moi. Oui, parce que du coup maintenant j’ai un chez moi! J’ai commencé à déballé mes affaires et tout ranger, je me suis douchée aussi, petit bonheur. Et je suis partie travailler vers 9h. Bon soyons honnête, j’étais absolument épuisée parce que j’ai du dormir à peine plus de 15h sur le weekend, en marchant au moins 10h, donc bon mon lundi fut compliqué, j’ai du boire au moins 1 litre de café je pense, mais j’ai survécu.

Pour les photos, je ne pense pas les mettre toutes ici, du coup je vous conseille d’aller voir sur Facebook.

IMG_20160130_101147IMG_20160130_110355IMG_20160130_151742IMG_20160130_130241IMG_20160131_114112IMG_20160130_123226IMG_20160130_145444IMG_20160130_115827IMG_20160131_113851IMG_20160131_195839IMG_20160131_203142IMG_20160130_091932IMG_20160131_130305IMG_20160131_130252IMG_20160130_073250IMG_20160130_113921IMG_20160131_114219IMG_20160131_130255IMG_20160131_195157IMG_20160131_154018IMG_20160131_193150IMG_20160130_094945IMG_20160131_135818IMG_20160130_103745IMG_20160131_154431IMG_20160131_131416IMG_20160130_064811IMG_20160131_193024IMG_20160130_091114