Un long week-end à Saigon

Ce week-end j’ai décidé, même si j’ai faillis ne pas partir à cause de quelques petites complications, de partir à Saigon (=Ho Chi Minh city, Saigon est l’ancien nom, ça a été renommé Ho Chi Minh par les américains). Je suis donc partie dans la nuit de jeudi à vendredi à 4h30 du matin, j’avais demandé mon vendredi. Je suis partie en pleine nuit parce que en fait la frontière entre le Cambodge et ViêtNam ferme la nuit, ce qui parait logique, et du coup je préférais partir en pleine nuit pour arriver vers 10h30 11h, que de partir à 1h du matin mais devoir dormir à la frontière.

Le trajet n’est pas si long que ça puisqu’il y 2h30 3h jusqu’à la frontière puis 2h30 3h30 (en fonction du trafic à l’entrée de Ho Chi Minh) jusqu’à Ho Chi Minh. Donc je suis partie avec une compagnie viêtnamienne mais qui était très bien, j’étais assise à côté d’une khmer qui parlait un peu anglais et qui était très sympa. On a partagé notre petit dèj, elle m’a un peu raconté sa vie aussi. En fait, elle a fait des études de droits mais a arrêté avant la fin et elle est maintenant prof d’anglais. Et aussi, quelque chose d’assez impressionnant pour nous, mais pas du tout pour un pays pauvre, elle avait 6 soeurs et 5 frères, assez courant ici. Il faut savoir que dans les pays pauvres, les couples ont plusieurs enfants pour différentes raisons, parce que ça leur apparait comme une sécurité pour leur avenir en terme de d’assurance, s’ils tombent malade par exemple, ça leur fait aussi plus de main d’oeuvre pour gagner de l’argent pour la famille, et surtout c’est surtout que plus ils ont d’enfants plus ils multiplient les chances d’avoir un enfant « intelligent » qui va pouvoir faire des études et avoir un haut salaire. Je parle en connaissance de cause puisque pour mon mémoire et mon travail j’ai fais des recherches sur le sujet, ces raisons sont celles les plus remarquées dans les recherches faites dans ces pays. J’ai donc passé une partie de mon trajet avec cette très gentille khmer, avec qui j’ai mangé une soupe khmer, du riz au poulet farfelu et du pain, parce que j’avais une demi baguette dans mon sac. On est arrivé à la frontière vers 7h30, donc d’abord on a du descendre du bus pour passer a frontière Cambodgienne à pied (30 mètres), ensuite on a repris le bus pour aller jusqu’à la frontière vietnamienne où le chauffeur de bus a donné tous nos passports à l’immigration, et après avoir eu mon petit tampon j’ai pu « traverser » la frontière et « passer la sécurité ». Petit descriptif de la sécurité: un tapis roulant sur lequel on pose son sac, un portique dans lequel on peut passer avec son portable, ses chaussures etc, plutôt farfelu comme sécurité, il faut l’avouer.

Je suis arrivée vers 11h je crois à Saigon, et j’ai directement rejoins mon Hostel parce que comme je n’avais rien booké, j’étais un peu stressée j’avoue. Donc j’ai pu avoir un lit dans un female dorm le premier soir et pour la nuit de samedi il a fallu que je change pour un mix dorm. L’hostel était super propre, je n’ai pas l’habitude parce que au Cambodge c’est plus souvent du camping que un hostel digne de ce nom. J’ai logé au New Saigon Hostel, au bout de Bui Viên. J’ai ensuite pris un petit smoothie banane-mangue et je suis partie en direction de l’Independence Palace en prenant le grand boulevard/place. Le Palace était malheureusement fermé parce qu’il y avait un sommet pour l’ASEAN, donc j’ai mangé un bout et je suis allé au War Museum qui était juste à côté. Ce musée est honnêtement assez violent, mais très intéressant et très bien fait. Il y a 6 ou 7 salles, chacune sur un thème différent, avec des explications et des dates à propos de la guerre, des images des réactions des autres pays face à cette guerre, des photos de reporter de guerre, etc. Tout est vraiment très bien. Ce qui m’a posé problème c’est la violence des images, notamment celles sur l’agent orange et celles qui montrent la violence et la stupidité d’action des américains (massacre de famille, etc.). Il y a autre chose qui m’a frappé, quasiment seulement les américains sont considérés comme les méchants de l’histoire, il n’y a qu’une ou deux fois où ils parlent des français et encore quand ils en parlent en mettant en avant le fait que les français ont agis sous l’influence des américaines, et même cela est à peu près vrai ce n’est en soit pas une excuse de mon point de vue. L’ambiance du musée est quand même assez particulière puisque vraiment c’est une dénonciation totale de la bêtise des américains à déclenché cette guerre et à la faire perdurer, ils sont pointé du doigt tout le temps. Il y a même une phrase de Curtis LeMay disant que si les viêtnamiens n’arrêtais pas la guerre les américains les bombarderaient jusqu’à ce qu’ils retournent à l’age de pierre. Je crois qu’on peut dire que les vietnamiens sont légèrement rancuniers, ce qui est assez compréhensible quand même.

Je suis ensuite partie en direction de la Basilique Notre-Dame, construite par les français pendant les colonies en Indochine. L’extérieur est assez impressionnant puisque c’est un batiment qui date quand même de 1880, tout en brique rouge, mais l’intérieur est assez simple quoique quand même sympa. Je suis ensuite passée à la Poste Centrale pour acheter des cartes postales et des timbres, et aussi parce que c’est un bâtiment typique Art Nouveau. Je préfère la définition d’Art nouveau ici que à Miami où c’était plus très coloré alors que ici c’est plus sur les sculpture, quand je dis ici je pense au Cambodge et au Vietnam. J’ai continué ma promenade en allant jusqu’à l’Opera et même jusqu’au Mekong, puis je suis retournée à l’hostel pour prendre une petite douche et me préparer à resortir. Sur le chemin de l’hostel, je me suis arrêter pour manger un bout, j’avais un peu faim. Vendredi soir, j’ai rejoins un copain qui habite dans une énorme maison avec plein de colocs, ils faisaient une grosse soirée parce qu’ils voulaient filmer un clip. C’était dans un autre quartier de Saigon, en fait il y a 8 ou 9 « districts », le quartier dans lequel je logeais et donc le quartier touristique est le district 1 et je suis allé de l’autre côté du Mekong, dans le district 2. Ca m’a aussi permis de réaliser que Ho Chi Minh c’est en fait une ville absolument énorme! Ho Chi Minh: 8 millions d’habitant vs. Cambodge 15 millions d’habitants, pour vous donner un ordre d’idée. Donc j’ai pu voir que en fait la ville était vraiment développée avec quelques petits buildings à l’américaine, des autoroutes, un système de bus, etc., le tout mélangé avec des petites maisons plus mignonnes mais très peu de choses rafistolé qui font un peu bidonville comme on peut voir au Cambodge.

Samedi, après avoir pris un petit café, je suis parti visiter le musée de Fine Arts. Il s’avère que j’a trouvé ce musée génial, j’y suis un peu allé par hasard sans m’attendre à quelque chose d’exceptionnel et il s’est avéré que ce fut une très bonne surprise. En fait, les expositions sont divisé en plusieurs partie: peinture et sculpture, et la partie peinture est divisé en 2 parties: avant 1975 et après 1975. Au début j’ai trouvé ça un peu bizarre pour être honnête de séparé en 1975 (date de la fin de la guerre du ViêtNam) et en fait au fil de mon avancé dans le musée j’ai trouvé ça totalement logique. Pour tout ce qui concerne les oeuvres avant 1975, quasiment toutes sont fait dans un style copiant des artistes européens sans vraiment trop d’originalité, au fil de l’expo on commence un peu à voir la pate vietnamienne dans les oeuvres, et dès que l’on arrive dans la partie après 1975 c’est tout autre chose. Les oeuvres ont vraiment leurs propres style, on voit vraiment l’art vietnamien, c’est assez impressionnant, je pense que c’est aussi du au fait que comme le ViêtNam n’était plus en guerre, ça devait être beaucoup plus simple pour les artistes. Et après, j’ai poussé encore plus et je suis allée dans les galeries d’Art qui sont dans la cour et derrière le musée, pour avoir un aperçu de ce qui se fait actuellement en terme de peinture au ViêtNam. L’évolution de leur technique est hyper impressionnante. Je n’avais jamais vraiment compris l’intérêt des écoles d’Art jusqu’à maintenant, on voit vraiment les différentes étapes d’apprentissage (qui sont pour le coup chronologique) avec d’abord l’apprentissage des différentes techniques et des différents courants de peinture, avec après la recherche de sa propre technique et façon de faire pour enfin arriver à un style final, c’est vraiment impressionnant. Après la visite des peintures, je suis allé voir toutes les sculptures. J’ai trouvé ça un peu moins impressionnant, après j’avais déjà passé au moins 2h dans les peintures, je commençais à fatiguer un peu et puis surtout la sculpture ça ne me touche pas particulièrement. Une autre chose sur ce musée, il est en fait composé de 3 gros bâtiments avec un extérieur style art moderne et un intérieur avec des vitraux et du carrelage un peu à l’espagnol, l’endroit en soit est déjà intéressant à visiter.

Après cette longue visite, je suis allé manger une super soupe vietnamienne, parce que j’avais très faim. La nourriture vietnamienne est différente de la nourriture khmer, elle est beaucoup plus variée avec des soupes, des brochettes, des kebabs viet (j’expliquerais plus tard), des pancakes d’omelette, etc. et elle est aussi bien plus raffinée. J’ai beaucoup aimé manger vietnamien et je vais essayer de trouver des restaurants vietnamien à Phnom Penh. Ensuite je suis partie en direction du Benh Thanh market, qui est le marché principal (et aussi à touriste). Le marché est super chouette, en fait c’est un marché qui est à 80% en intérieur et ce n’est pas comme au Cambodge où il y a des stands qui sont aussi à l’extérieur, ici tout est vraiment dedans, et pour la partie extérieur du marché c’est notamment pour les fruits de mer et le poisson, elle fermé dans le marché mais à ciel ouvert. J’en ai profité pour acheter un gros sac de backpacker parce que j’ai un gros voyage bientôt, et quelques souvenirs. Ensuite je suis partie en direction d’un énorme parc, qui s’est avéré être vraiment chouette, il y avait un tout petit temple à l’intérieur (mais il était fermé) et surtout il y avait un groupe de vietnamien qui jouait avec des cups (il y a une chanson, dont je ne me souviens plus le nom, avec laquelle il existe toute une chorégraphie avec des cups). Ensuite je suis repartie vers l’hostel pour me poser un peu et me doucher, parce qu’il fait moins  chaud qu’à Phnom Penh à Saigon mais il fait quand même très chaud.

Sur le chemin du retour, j’ai croisé un groupe de vietnamien qui voulait en savoir un peu plus sur la France, j’ai donc passé environ 30 minutes à discuter avec eux à propos de la France et du Cambodge. C’était intéressant car j’ai pu voir la différence entre la jeunesse cambodgienne et la jeunesse vietnamienne. Déjà en terme d’étude, c’est beaucoup plus accessible pour les vietnamien, il y a plus d’école et surtout il y a plusieurs bonnes écoles alors que au Cambodge il n’y a quasiment qu’une seule bonne école par domaine et il arrive qu’il y ai des domaines où aucune école n’est bonne.

En rentrant à l’hostel, j’ai rencontré tout les gens de mon dorm et on a décidé d’aller manger tous ensemble. On a mangé des petites brochette dans la rue et comme Bui Viên c’est aussi la rue des bars et des clubs, on a décidé de faire plusieurs bars, on en a donc fait 3, qui étaient tous plutôt sympa. Et après, un peu par hasard, on est rentré dans un club vietnamien tout petit mais super sympa qui passait de la super bonne musique. On est pas rentré trop tard car avec 2 des filles du dorm on avait booké un tour pour aller visiter les tunnels de Cu Chi.

Dimanche matin je me suis donc levée assez tôt, et après un petit déjeuner de guerrier on est parti en bus en direction des tunnels. C’est en fait à 1h30 2h de Ho Chi Minh en car, et bien sûr pendant le trajet on a dormi. Les tunnels c’est assez impressionnant, alors bien sûr tout a été aménagé pour les touristes, et ils le disent clairement, mais ça permet de vraiment voir comment ont vécu ces vietnamien qui ont habité dans les tunnels, et comment surtout ils survivaient. Donc Cu Chi il faut savoir que c’était un endroit particulier pendant la guerre, c’était américain de jour, mais la nuit les américains retournaient à leur base à 7 km de là et donc ça devenait vietnamien. Tout était très bien organisé dans les tunnels, c’était assez profond pour que les bombes ne puissent pas les détruire, aves des système d’aération en bambou et de cuisine avec la fumée qui sort à une dizaine de mètres de où se trouve vraiment la cuisine. Les tunnels étaient très petits et très étroit (j’ai fais 80 mètres dedans, à croupi, c’est très compliqué de se déplacer) ce qui fait que les américains ne pouvaient pas rentrer dedans, tout ce qu’ils pouvaient faire c’était de bombarder les entrées, quand ils les trouvaient. Les vietnamiens avaient aussi mis au point plein de pièges, ils ont été très astucieux pour survivre, c’est assez impressionnant. Quand la guerre a été terminée, beaucoup de vietnamien avaient des problème de vue et de dos à cause du temps passé dans les tunnels, certain n’étaient quasiment jamais sortis des tunnels. Par contre, quelque chose avec lequel j’ai eu beaucoup de mal, il y avait un stand de tir et c’était possible donc de tirer avec tout plein d’armes différentes laissé par les américains ou que le russes avaient fournis aux vietnamiens, donc déjà tout le long de la visite on a eu droit aux bruits de tirs, et surtout on est passé par le stand de tir.. Je passerais ce moment absolument horrible de la visite. Côté positif, à côté ils vendaient des sortes de chips de bananes séchées aux graines de sésames, c’était hyper bon!

En rentrant, j’ai du passer acheter un pantalon et un t-shirt car je n’avais plus de vêtement propre, et j’ai pris une douche ni vu ni connu alors que j’avais déjà fait mon check out. Je suis ensuite allé manger avec une des filles de mon dorm un dernier kebab viet. Alors, qu’est-ce que le kebab viet, alors en fait c’est un pain bas de gamme (bah oui on est au Vietnam quand même), avec dedans du poulet en filaments, des légumes (choux, tomates, salades, etc.) et de la sauce un peu sucré qui pique, et c’est super bon! Bref, après un petit café au lait concentré, je suis allé prendre mon bus retour pour Phnom Penh. Le bus était super cool, siège super confortable avec un appuie pour les jambes, de la place pour rabatte le siège, vraiment top (nom de la compagnie: Phuong Heng). J’ai dormi aussi les 3/4 du chemin du retour, même si au début je suis restée éveillée pour voir la ville et les champs. Parce que à la différence de Phnom Penh, les champs sont beaucoup plus humides (je ne sais pas si c’est parce que la mousson arrive plus tôt au Vietnam ou si juste le pays est plus humide), et du coup on voyait mieux la délimitation des rizières. Je suis arrivée vers 22h30 à Phnom Penh, et j’étais bien contente de rentrer chez moi, comme d’habitude quand je rentre à Phnom Penh.

Mon impression globale sur le ViêtNam:

J’ai beaucoup aimé le ViêtNam, j’ai trouvé que c’était un pays vraiment sympa, les paysages sont un peu plus riche qu’au Cambodge et surtout c’est plus développé. Les vietnamiens sont très différents des khmers, ils sont un peu moins souriants et moins gentils (en même temps les khmers sont tellement gentils que c’est difficile de faire pareil), par contre ils viennent plus vers nous, ils sont plus entreprenant. De ce que j’ai pu voir, ils sont très agressifs en négociations des prix, que ce soit au marché ou ailleurs et j’ai entendu beaucoup d’histoire sur des vietnamiens qui ont essayé d’arnaquer des étrangers même si ça ne met pas arrivé personnellement. Ils sont aussi plus avenant, les khmers donnent un peu l’impression d’avoir peur de l’étranger alors que les vietnamiens nous expliquent le chemin, viennent vers nous si on est perdu, nous renseigne sans problème, etc. Par contre, chose très bizarre, les khmers parlent mieux voir beaucoup mieux anglais que les vietnamiens, et sont plus coopératifs. Par contre, je me suis fais plusieurs fois arrêter par des vietnamiens dans la rue pour juste discuter pour qu’ils pratiquent leur anglais, c’était plutôt top. Le Cambodge et le ViêtNam sont très différent et d’après les retours que j’ai pu avoir les 2 pays sont aussi très différents. Je dirais que l’ambiance au Cambodge est plus calme et il fait plus bon vivre, par contre le pays est vraiment beaucoup plus pauvre et ça peu choquer. Après le ViêtNam est plus développé, mais la nourriture est moins cher. Chose un peu bizarre aussi, j’ai eu l’impression qu’il y avait beaucoup moins de touriste au ViêtNam, ce qui je sais est faux, mais en fait comme au Cambodge les villes sont beaucoup plus petites et les khmers n’ont pas les moyens d’habiter en ville, forcément on y voit plus de touristes, c’est mon explication.

Pour les photos, je n’ai plus de place dans l’espace de stockage de mon blog, donc je vais bien sûr tout mettre sur Facebook, mais pour ceux qui n’ont pas Facebook il faudrait que je trouve une solution, je vais voir ce que je peux faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s